to the top
 
Swiss TPH

Swiss Public Health Conference 2013
15 - 16 août 2013 • Zurich

Prévenir et soigner les maladies
chroniques: qui fait quoi avec qui?

Sujet de la conférence

La prochaine Conférence Suisse de Santé Publique aura lieu les 15 et 16 août 2013 à l’Université de Zurich, et sera consacrée au thème « Prévenir et soigner les maladies chroniques : qui fait quoi avec qui ? ». Santé publique Suisse organise la conférence en commun avec l’Institut de médecine sociale et préventive de l’Université de Zurich (ISPMZ) .

La prise en charge des maladies chroniques constitue un grand défi pour le système de santé. Il s’avère en effet que ni les soins de base médicaux ou non médicaux, ni les autorités et organisations de santé publique ne sont en mesure d’assurer seuls la prévention et le traitement des maladies chroniques. Bien au contraire, ces taches exigent de réunir différentes spécialités. Santé publique Suisse et l’ISPM Zurich placent cette nécessité de collaboration renforcée au centre de la Conférence Suisse de Santé Publique 2013 : les discussions porteront sur les coopérations interdisciplinaires dans (a) la prévention et (b) la prise en charge, ainsi que dans (c) la recherche et (d) l’élaboration de politiques. La conférence donnera une attention particulière à la perception de Public Health dans la politique et par le public.

Les aspects de la communication entre les divers acteurs de la prévention et de la prise en charge des maladies chroniques et à l’égard des milieux politiques et du public sont intégrés dans les quatre thématiques.

  1. Prévention de maladies chroniques
    La prévention des maladies chroniques se situe souvent dans une tension entre des intérêts divergents, voire opposés: les prestataires de soins de base ont un point de vue différent de celui des assureurs et des autorités sanitaires, et ces dernières ont un autre point de vue de la prévention que par exemple les patientes et les patients. Cette zone de tension et les formes de collaborations - compte tenu des différentes perspectives - se situent au centre de la thématique « Prévention ». Pour ce thème central, nous souhaitons présenter des projets issus d’une collaboration fructueuse mais aussi des cas d’échecs, voire d’absence de collaboration. Des contributions dans le domaine des maladies psychiques et de la pédiatrie sont particulièrement souhaitées.
  2. Prise en charge de personnes atteintes par des maladies chroniques
    Les ressources pour la prise en charge de personnes atteintes de maladies chroniques sont déjà limitées aujourd’hui. Ce problème s’accentuera davantage si d’une part le nombre de malades chroniques continue d’augmenter et, d’autre part, le nombre de prestataires de soins de base s’occupant de ces malades chroniques diminue constamment. À travers la thématique « Soins », il s’agira de montrer, sur la base de projets concrets en Suisse et à l’étranger, avec quelles stratégies et mesures parer aux besoins croissants et aux situations de soins qui se complexifient. À cet égard, il conviendra notamment de s’interroger sur les besoins et les attentes des patientes et des patients.
  3. Méthodes de recherche innovatrices et utilisation de données personnelles sur la vie quotidienne
    Les données personnelles sur la vie quotidienne ayant un impact sur la santé (données « real life ») sont indispensables pour la gestion du système de santé. Cela étant, l’obtention de données de bonne qualité présuppose des enquêtes systématiques et une collaboration efficace entre des acteurs forts différents: prestataires de soins de base, chercheurs, patientes et patients ou population dans son ensemble. Cependant, l’obtention de telles données se situe typiquement dans la zone de tension entre l’intérêt scientifique et l’intérêt de l’État de droit à une protection suffisante des données. Pour ce thème central, nous invitons des conférenciers à nous présenter des recherches collaboratives dans le domaine des soins de base. La présentation de coopérations plus ou moins fructueuses devrait permettre une discussion sur les conditions de succès de projets de recherche communs dans le domaine des soins de base. Par conséquent, des contributions concernant des méthodes de recherche utilisant des données « real life » de façon innovatrice sont particulièrement demandées.
  4. Santé publique dans la politique et sa perception par le public
    Les milieux politiques et les autorités de santé, mais aussi les milieux économiques et les assureurs fournissent une contribution déterminante pour la prévention et la prise en charge des maladies chroniques. Ils jouent un rôle important dans la gestion du système de santé en définissant ses conditions-cadres. À cet égard, la conférence posera des questions fondamentales : avec quelles stratégies les milieux politiques font-ils face à la pénurie de ressources humaines qui s’annonce dans les soins de base? Comment réagissent-ils aux besoins accrus de coopération au sein et entre les différentes catégories professionnelles et branches de la prévention et de la prise en charge ? Où conduit la législation en matière de dépistage précoce ou de registres? En outre, on constate que dans les débats politiques, les discussions sont fortement entachées par une perception négative des mesures de santé publique. C’est pourquoi nous invitons également des conférenciers présentant des possibilités d’amélioration de la communication, et par conséquent également de l’acceptation des mesures de prévention sanitaire en Suisse par les milieux politiques et la population.